Éditorial

Partir

Date: 1 juillet 2018

Sg 1,13-15;2,23-24 ; Ps 29 ; 1 Co 8, 7.9.13-15 ; Mc 5,21-43

On a changé d’heure, c’est l’été qui débute. Pour beaucoup, ce sera l’espoir de vivre une pause dans notre quotidien. Pour d’autres, ce sera le temps des grands changements, des bouleversements, des départs vers d’autres lieux, d’autres missions, un autre travail, de nouvelles rencontres.

Partir est souvent générateur de stress, d’angoisse, de questions ou de doute, mais il nous faut le vivre comme un acte d’espérance. Partir est toujours porteur de découvertes, de rencontres humaines et d’ouverture. C’est aussi naître à d’autres perspectives et s’ouvrir à l’avenir.

Partir, c’est quitter un lieu connu, un univers où nous avions nos habitudes ; c’est rassembler nos souvenirs (évènements, rencontres…) : ils sont le lien qui font que tout s’articule. Partir, c’est aussi découvrir que chaque départ est l’occasion de se faire une bibliothèque de souvenirs, rappel d’amitiés.

Partir, c’est parler de demain. Partir, c’est déjà vivre demain. Partir, c’est penser demain. Partir, c’est regarder demain sans oublier tout ce qui a pu nourrir notre passé : cela nous permet de vivre ces moments présents les yeux le cœur tournés vers notre futur. Avenir, présent, passé : quel que soit le sens dans lequel on les lit, ils sont indissociables. Visages d’hier d’aujourd’hui et de demain réunis dans notre cœur et notre mémoire : avec eux nous avons vécu dans un monde aimé de Dieu, au milieu de nos frères aimés de Dieu.
Que nous partions pour quelques jours ou pour longtemps, gardons le désir, la volonté, la Foi de suivre le Christ sur les routes nouvelles soutenues par l’Esprit, éclairés par le Père.

Vivons là où nous serons comme Jésus a dit de vivre et faisons comme Jésus a dit de faire.

Michel Calmels

feuille secteur n°893 2018-07-01