Appelez-nous 01 45 14 08 15
Suivez nous

Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture…

Date: 27 janvier 2019

semaine du 27 janvier au 2 février 2019 – Année C
Ne 8, 2-4a.5-6.8-10 ; Ps 18 ; 1 Co 12, 12-30 ; 1 Co 12, 12-14.27 ; Lc 1, 1-4 ; 4,14-21

Après son baptême par Jean, après les tentations au désert, Jésus revient à Nazareth, son village « où il avait été élevé » (Lc 4, 16). Là, à Nazareth, avec Marie et Joseph, il avait vécu son enfance, son adolescence et sa vie de jeune adulte, apprenant le métier de charpentier avec son père ainsi que trois évangélistes le rapportent : « N’est-il pas là le fils de Joseph ? » (Lc 4, 22), « N’est-il pas le fils du charpentier ? (Mt 13, 54), « N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie ? (Mc 6, 5). L’entreprise « Joseph – Charpentier – Père et fils » était honorablement connue dans le village !
Juif pratiquant, Jésus entre à la synagogue le jour du sabbat et va lire dans le livre du prophète Isaïe le passage qui annonce la venue du Messie attendu par le peuple juif. Consacré par l’onction, l’Esprit du Seigneur étant sur lui, il est le prophète envoyé et le Messie attendu pour « porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs la libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur. » (Lc 4, 18-19) Son commentaire – qui va étonner puis scandaliser les juifs présents, actualise le message d’Isaïe car « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. » (Lc 4, 21)
Les juifs de la synagogue ne le reconnurent pas, poussèrent Jésus hors de la ville et voulurent le précipiter en bas d’un escarpement… « Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin. » (Lc 1, 30)
Et aujourd’hui, comme entendons-nous ce passage d’Isaïe ? Comment portons-nous la Bonne Nouvelle aux pauvres ? Comment sommes-nous engagés pour que s’accomplisse ce passage de l’Écriture que nous venons d’entendre ? Les occasions sont multiples ainsi au Secours catholique, avec Welcome Fontenay pour accueillir et accompagner des demandeurs d’asile, avec Atout Différence pour aider des jeunes à s’insérer professionnellement, à l’Accueil Saint François comme bénévole au service des plus anciens, etc. Comment participons-nous aux débats d’aujourd’hui pour vivre une justice sociale plus solidaire et fraternelle, pour une société qui écoute « tant la clameur des pauvres que la clameur de la terre » (Pape François, LS 49) ?
À chacun de nous d’y répondre. Ensemble.
François FAYOL +d